Pour un nouveau Benelux.

 

A l'initiative de:
Em. prof. dr. S.W. COUWENBERG, Université Erasmus de Rotterdam
Em. prof. dr. H. GYSELS, Université de Gand
 

L'accord du Benelux de 1958 expire en 2010. Il convient donc de se pencher sur l'avenir de ce Benelux et ce qu'il peut être appelé à devenir après cette date. Conçu au départ comme une union douanière, le Benelux a acquis bien vite une dimension économique et fiscale et des matières telles que l'organisation de l'espace, l'environnement, la circulation, la police et la justice se sont ajoutées à ses compétences. Suite à lintégration européenne, le Benelux est pour une grande part dépassé du point de vue économique, mais il peut connaître un nouvel avenir sur le plan politique.

Une nouvelle tâche se dessine : unir les forces des trois pays par un solide lien de collaboration devant l'Union européenne qui ne cesse de sétendre, pour être à même de se présenter comme une unité politique dans les négociations au sein de l'Union et faire, avec dautres petits Etats-membres, contrepoids à la politique des grands Etats-membres.

Sans un nouveau Benelux indépendant et conscient de sa valeur, « nous ne finirons pas
– comme l'a dit à plusieurs reprises l'ancien Premier ministre belge Leo Tindemans –
de danser au rythme des grands Etats-membres ».

Chaque fois que, dans l'Union européenne, la question du pouvoir est posée, les Etats du Benelux doivent parler dune seule voix, comme l'a déjà suggéré le Commissaire européen Frits Bolkestein. Cette voix unique, quand elle se fait entendre, acquiert autant de poids politique que celle des grands Etats-membres. Au moment où l'Union européenne est en extension, il importe dintensifier la collaboration politique au sein du Benelux et dy traiter aussi de sujets à teneur stratégique.

Le Benelux doit prendre les devants dans ce groupement des forces politiques et par là même inciter les autres petits Etats-membres à suivre son exemple. Il convient à cet effet de songer aux structures existantes de concertation telles que celles qui existent entre les Etats scandinaves.

Les auteurs de ce Manifeste demandent aux instances gouvernementales de Belgique, des Pays-Bas et du Luxembourg dentreprendre les démarches nécessaires aux fins de créer les conditions politiques et juridiques pour remplacer le Benelux économique primaire existant par un nouveau Benelux politique.

Les Etats du Benelux occupent une position géopolitique unique en Europe. Ses ports mondiaux forment le nœud du commerce européen et du ravitaillement en énergie. Le Benelux est la quatrième puissance économique en Europe. Et c'est dailleurs dans les « Pays dEn-Bas », avec leurs villes commerciales libres, que les bases du système démocratique ont été jetées au Moyen-Âge.

Ce fut le Benelux qui inspira les fondateurs de l'Union européenne lorsquils signèrent le Traité de Rome. En se réunissant au sein de l'Union européenne, les Etats du Benelux  retrouveront leur rôle de pionnier. Et ce faisant, ils trouveront une grandeur qui ne sera pas fondée sur la brutale puissance politique, militaire ou économique, mais une grandeur visant des solutions davenir pour réunir les Européens.

BENELUX  = EUROPE = LUNITÉ  DANS LA DIVERSITÉ

Addendum:

"Vu qu’il appert que le nouveau traité du Benelux sera ratifié par les parlements respectifs, il convient aussi  que celui-ci  soit mis en œuvre. Le conseil du Comité Nouveau Benelux s’évertuera à veiller à son  application dans l’esprit du Manifeste et elle  travaillera la main dans la main avec des organisations poursuivant  les mêmes objectifs." 

 

Je désire faire partie de la liste des signataires